LA VULVE ET SES STANDARDS DE BEAUTÉ

LES 400 VULVES de Jamie Mc CARTNEY            

 

 

Des critères de beauté vulvaire sont depuis une dizaine d’années véhiculés, tendant à vous complexer si vos petites lèvres sont « plus grandes » que vos standards imaginés, au point de justifier de plus en plus d’interventions chirurgicales esthétiques. Aussi, après l’essor important de la chirurgie des lèvres du visage, voici celui de la nymphoplastie, une chirurgie esthétique des petites lèvres intimes. Pourtant, ces « petites lèvres » sont naturellement plus ou moins petites selon les femmes ; il serait tout aussi juste de dire que ces petites lèvres sont plus ou moins grandes selon les femmes. L’impact sur les représentations n’en serait-il pas modifié ?


Ce qui est petit ou grand ne l’est-il pas toujours de façon relative à quelque chose ?

Et si la présumée « petitesse » de nos lèvres n’était pas relative à leur longueur mais à leur volume ?

D’ailleurs, pour protéger les trésors qu’elles hébergent, n’est-il pas précieux de les avoir suffisamment développées ?


Sans doute est-ce parce que la vulve expose aujourd’hui bien plus souvent « ses quartiers de noblesse » qu’au siècle dernier, que de nouveaux standards de beauté vulvaire se sont développés pour le plus grand plaisir des spécialistes du bistouri ou de la cire.

 

Notre regard sur les choses crée notre propre réalité. Regard bien évidemment teinté de nos représentations et de toutes nos expériences vécues, mais aussi du futur que nous imaginons.

 

Dans cet ouvrage, je vous propose donc un autre regard anatomique, sans doute plus doux…

 

 

 

Please reload

Articles récents
Please reload

Archives
Please reload

Recherche par mot-clé