Le travail du Périnée nécessite-t-il des artifices pour se révéler à son hôte ?

June 9, 2015

 

Les étiologies des troubles de la statique pelvienne sont multifactorielles, tout comme le sont les signes cliniques : incontinence urinaire à l'effort, incontinence urinaire sur contexte d'urgence ou mixtes, incontinences ano-rectales, prolapsus, périnées descendants ou descendus et autres...

 

Un travail orthostatique et dynamique semble en accord avec notre quotidien, la vie étant un sport…

 

Or, la plupart des techniques de rééducation périnéale proposées se sont, jusqu'à ces dernières années, pratiquées quasi-exclusivement en décubitus dorsal et / ou ciblées sur le périnée.

 

Plus récemment, des "méthodes" ont émergé.  L'innovation technique répond ainsi à une demande réelle de notre société dite de consommation, de recettes pratiques, prêtes à l'emploi.

 

Nombreuses sont les pathologies survenant pourtant essentiellement en station debout et en général à l’effort. Ce dit "effort" peut n'être qu'un mouvement, dans un contexte de multi-activités, multi-pensées, de stress, de performance, de DECENTRAGE le plus souvent... Les efforts les plus minimes peuvent avoir un impact sur les organes pelviens et le périnée.


 Des techniques analytiques ou utilisant des outils autres qu'intrinsèques peuvent diminuer voire éradiquer les signes fonctionnels urinaires. Ces résultats s'observent en cours de traitement rééducatif, mais qu'en est-il de la "vraie vie" à distance des séances et de la pérennité des "résultats" alors que ces outils ne s'intègrent pas dans chaque instant du quotidien ? 

Nos mouvements du quotidien sont GLOBAUX et COMPLEXES : des techniques trop analytiques ne peuvent que complexifier encore la tâche, la réflexion et l'intention ne signifiant pas présence de réflexe.

Pour être pérenne, "LA SOLUTION" doit, me semble-t-il, émerger de SOI, sans calcul, de façon réflexe. Elle est soupçonnée, puis, émerge, pour, enfin, faire partie de soi... devenir REFLEXE. Nous pouvons alors parler de rééducation efficace car si le réflexe est acquis, les mouvements sont effectués en accord avec la physiologie ou la "réparation".

 

Les ressources du corps humain semblent infinies, et le potentiel de notre cerveau peu utilisé. Un apprentissage spécifique utilisant les propres ressources de notre cerveau, avec INTEGRATION me paraît indispensable.

 

La méthode de rééducation périnéale proposée par FALEVITCH Formation s'appuie sur la connaissance de l'anatomie, la physiologie (au sens large), la physiopathologie, et sur la découverte du potentiel du corps humain. Bon sens et simplicité s'entremêlent ensuite à partir de ces bases indispensables. 

 

Le bon sens nous mène, TOUT SIMPLEMENT, à utiliser notre corps et ses différentes connexions. 

 

Peu d'éléments extérieurs, d'outils ou d'artifices sont nécessaires dans la plupart des situations. De fait, l'efficacité sur le court mais aussi le long terme s'observe, tout naturellement... La vie étant un sport, la méthode ne peut qu'être dynamique... en pleine conscience.

 

En 20 ans de pratique rééducative, les patientes ont  pu me démontrer les limites de nombreuses pratiques. Bien entendu, les résultats immédiats sont, avec la plupart des techniques, de l'ordre de l'amélioration, voire d'un confort de vie retrouvé. Mais, la plupart des techniques s'avéreront de moins en moins efficaces au fil du temps (souvent des semaines).

.

S'intéresser aux résultats à distance me paraît donc indispensable pour évaluer l'efficacité de notre pratique et des acquis de la patiente.

 

Visant la pérennité, ma pratique rééducative est devenue de plus en plus globale et proprioceptive (cf. article publié en 2009 sur Les Dossiers de l'Obstétrique, ici en téléchargement).

 

Les termes "GLOBALE" et "PROPRIOCEPTION" deviennent "à la mode" et pourtant restent flous, car leur utilisation est de plus en plus "banalisée".

 

Par "GLOBALE", il faut entendre "se vivre, au cœur de sa corporalité". Ce mot pourrait  même se passer de "PROPRIOCEPTION" car il s'agit-là d'un pléonasme. Mais si le terme "globale" ne désigne que la posture et différentes parties du corps qui fonctionnent en synergie, il manque selon moi, deux éléments cruciaux : La corporalité et le réflexe. Ce sont les éléments indispensables à l'intégration, au réflexe de ces nouveaux gestes conditionnés et ne peuvent que se passer d'artifice si l'on choisit la voie la plus logique et la plus directe.

 

Il s'agit ainsi bien plus d'une REHABILITATION de tout le fonctionnement pelvien, abdominal et thoracique,  en synergie, par la patiente elle-même que d'une rééducation.

 

La patiente travaille à partir de ses propres ressources, dans son contexte, sa posture, sa vie, son psychisme. 

Une technique "révolutionnaire" ? Ce terme trouverait sans doute bien sa place dans nos fonctionnements actuels. Pourtant, elle pourrait se décrire ancestrale tant elle s'appuie sur la physiologie ! Elle se passe de tout outil dans le quotidien de la patiente. Son corps l'accompagne, jour et nuit, il est à sa disposition, dans sa tridimensionnalité temporelle, physique et psychique... Il se suffit à lui-même pour se réhabiliter et se vivre... Périnée physique, périnée psychique...

 

Tout peut retrouver son équilibre a-t-on tendance à vouloir penser. Je dirais plutôt UN NOUVEL EQULIIBRE...

 

Les résultats à court et long termes sont constatés sur différents axes : la continence urinaire et anale, la prévention des prolapsus (ou prévention de leur aggravation), la prévention ou l'amélioration de nombreuses algies pelviennes, l'amélioration de la silhouette.

Ce dernier point n'est pas "accessoire". Il est au cœur de la préoccupation féminine...  Voilà donc une belle source de motivation pour que les femmes s'investissent elles-mêmes, mais investissent également leur corps. Cela leur paraît bien plus concret que "le périnée" et les fuites ou tout autre trouble de la statique pelvienne éventuellement à venir...

 

Une méthode simple mais qui mérite apprentissage par les professionnels pour intégration personnelle et retransmission aux patientes : la pédagogie du rééducateur est prépondérante... Une méthode ludique, motivante pour les professionnels et les patientes, très appréciée des deux parties.

 

 

La méthode rééducative FALEVITCH est proposée en formation aux sages-femmes au travers de deux cursus  : "Réhabilitation uro-gynécologique et statique globale, méthode clinique, proprioceptive et corporelle globale" & "Périnée et Proprioception : la vie est un sport ; périnée et biomécanique ; périnée et danse"

Tous les stages sont complémentaires les uns des autres.

Please reload

Articles récents
Please reload

Archives
Please reload

Recherche par mot-clé